Brome, chlore ou oxygène actif pour votre spa d’extérieur ?

eau-naturelle-bambou

L’exposition de votre spa aux UV a-t-elle une incidence sur le traitement au brome ou au chlore ?

Sommes-nous bien informés des risques que représentent l’emploi de la chimie que nous utilisons pour nos bains en piscine ou spa ? Comment atteindre les objectifs d’une eau désinfectée sans risquer une exposition à des molécules chimiques dangereuses pour notre santé ? Sur une question complexe, Baïzen – bain nordique a cherché la meilleure réponse pour que la pratique du Spa d’extérieur eco-responsable soit réellement une pratique écologique tant pour la santé humaine que pour l’environnement.

Le brome : un produit plébiscité par les utilisateurs privés

Si votre bain nordique est le plus souvent fermé, avec son couvercle en bois et/ou une bâche opaque, ou qu’il est placé sous un abri, l’action des UV n’aura pas lieu. Dans ce cas de non exposition aux UV, le traitement au brome présente de nombreux avantages. Toutefois il reste à considérer que l’usage de ce produit nécessite une vigilance accrue : le brome contient un fort potentiel de toxicité, pour l’environnement comme pour notre santé.

Alors que le brome est plébiscité par de nombreux utilisateurs de Spa, une publication de l’ANSES, Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, permet de conclure que l’utilisation du brome comme désinfectant est déconseillée pour les piscines découvertes : l’acide hypobromeux subit une réaction de photolyse sous l’action des rayonnements solaires – UV. Cette modification chimique est avérée comme étant nocive à la santé. Ce point est clairement énoncé dans un document édité par l’ANSES (1).

Le chlore est-il préférable au brome si votre spa d’extérieur est exposé aux UV ?

Hélas ce n’est pas si simple. Le chlore subit également une transformation sous l’action des UV (voir ci-après). Ce qui sera également à prendre en compte ce sont les sous-produits du chlore lorsque celui-ci est exposé à certains minéraux et composants organiques : transpiration, matières fécales, urine… Certains de ces sous-produits sont identifiés comme dangereux pour la santé comme les chloramines. (2)

Les effets des UV sur le chlore

Les ultraviolets provenant du rayonnement solaire favorisent la transformation du chlore ‘potentiel’ en ions chlorures (Cl- ) inactifs , entraînant la consommation de chlore en pure perte. Ils peuvent doubler ou tripler la consommation du chlore dans les piscines de plein air. L’emploi de produits stabilisant le chlore tels que l’acide isocyanurique et ses dérivés permet de pallier ce problème. On parle alors de produits chlorocyanurates.

Chlore stabilisé – chlorocyanurate

Ainsi, l’usage d’un désinfectant chloré complété d’acide isocyanurate présente le maximum d’avantages :

  • facilité d’emploi
  • manipulation facile et peu dangereuse
  • stabilité du stockage
  • sécurité du stockage
  • solubilité du produit
  • stabilité du chlore
  • absence d’influence sur le ph
  • faible formation de sous-produits (les chloramines)
  • faible influence sur la corrosion

L’inconvénient majeur : en cas de dosage trop important, le risque est de sur-stabiliser son eau. Il y aura trop de chlore non exprimé et il ne sera pas détecté par les mesures. Pour maîtriser son traitement il faudra alors effectuer des mesures du taux d’acide isocyanurate présent.

Les facteurs de la production de sous-produits chlorés

Rappelons qu’une bonne filtration, la mise en pratique d’un bonne hygiène des baigneurs avant chaque bain (se laver et se savonner entièrement), un taux de ph maîtrisé entre 7,2 et 7,4, des apports d’eau neuve réguliers sont autant de facteurs qui vont réduire la production des sous-produits d’un traitement qu’il soit au chlore ou au brome.

Traitement à l’oxygène actif : 100% sans risque ?

C’est LE traitement qui ne crée pas de sous-produits. Idéal ?  Non car il n’a pas d’effet rémanent. Son efficacité est de courte durée. Par ailleurs une température élevée de l’eau nécessite d’augmenter les quantités du produit.

Mais de quel oxygène actif parle-t-on ? Du péroxyde d’oxygène (liquide) ? ou du monopersulfate de potassium (granulés ou mini-galets) ? Le premier est utilisé en traitement complémentaire anti-algues. Le second est utilisé pour la désinfection régulière des spa.

Le monopersulfate de potassium est donc le produit recommandé car excellent oxydant : il détruit les déchets organiques et les chloramines (sous produit du chlore) et permet de réactiver le chlore (ou le brome) présent. On parle aussi de régénérer le chlore ou le brome.

Association chlore et oxygène actif : la solution ?

Pour un spa d’extérieur exposé aux UV, régulièrement fréquenté, Baïzen – bain nordique recommande le traitement de l’eau avec l’association chlore / oxygène actif. L’un et l’autre sont compatibles et complémentaires.

Pour être précis, il s’agira de privilégier l’usage de ce que l’on appelle communément le « chlore stabilisé », ou désinfectant chloré avec acide isocyanurate comme traitement régulier et d’effectuer ponctuellement des désinfections choc avec de l’oxygène actif sous sa forme monopersulfate de potassium. L’action de l’oxygène actif se voyant renforcée avec comme avantage de détruire les sous-produits du chlore. Cette formule n’aura pas d’action sur l’évolution du Ph.

Cette association présente les avantages d’un traitement avec un produit rémanent (le chlore) où l’adjonction périodique d’oxygène actif va à la fois permettre de réactiver le chlore stabilisé et de détruire les chloramines. Vous atteignez alors votre objectif d’une eau désinfectée et désinfectante en supprimant les sous-produits dont les effets sont néfastes sur la santé.

Principal inconvénient : les mesures du taux de chlore risquent d’être faussées par la suite.

Commencez alors par traiter votre spa d’extérieur en bois avec le désinfectant chloré et effectuez régulièrement des mesures du taux de chlore et du taux de Ph. Une fois que vous aurez pris vos repères, utilisez l’oxygène actif sous sa forme Monopersulfate de potassium pour effectuer des désinfections choc, par exemple une fois tous les 5 – 6 jours.

Bon bain nordique – bain suédois – bain finlandais – bain norvégien – bain scandinave – hot tub !

(1) recommandations ANSES
(2) Manuel de conseil pour la désinfection des piscines

 

Publicités